Aller en bas
Cril'iwan'emes
Diplomate
Espèce : Chiss
Âge rp : 42 ans
Faction :
  • Ascendance Chiss

Messages : 12
Voir le profil de l'utilisateur

Echanges de principes Empty Echanges de principes

le Mar 9 Avr - 13:33
Ce qu’il y avait d’appréciable, sur Copero, c’était bien le soleil. Un soleil rouge, brûlant, qui réchauffait la planète et ses montagnes, donnant une allure presque désertique à certains endroits. Par la fenêtre, on voyait le centre de leur « petite ville », avec un bassin peu profond, dont on voyait les plantes au fond, quelques palmiers sur le côté entre les bancs, une petite place, des bâtiments en terre rouge ou bien en pierre. Liwane s’était levée avant le soleil et préparait à manger, un repas solide comme tous les matins, car elle savait que son petit garçon n’arrivait pas à bien manger le midi, il fallait bien lui caler comme il faut l’estomac. Aujourd’hui, c’était un jour un peu spécial, le départ pour quelques jours de voyage vers Lysatra. Un petit bruit de pas se fit entendre derrière elle et elle se retourna à moitié, souriant à Lucae, en pyjama et pieds nus, sur le palier de la porte.

"Bonjour maman," murmura-t-il d’une voix encore très endormie.

Elle l’attira contre elle pour le câliner doucement, le temps qu’il se réveille, les yeux encore bouffis de sommeil et les cheveux noirs ébouriffés. Il s’était levé un peu plus tôt que nécessaire, mais soit, ça laissait aussi du temps pour se préparer. Après manger, Liwane lui fit prendre sa douche et prépara pendant ce temps les quelques affaires dont ils allaient avoir besoin, dans un petit sac. Autant, la dernière fois, elle s’était arrangée pour le faire garder, autant, cette fois-ci, il était assez grand pour l’accompagner. A sept ans, ce n’était plus un bébé. Et il était temps qu’il quitte aussi un peu Copero, même sans aller trop loin encore, et qu’il commence à découvrir d’autres lieux, qu’il rencontre d’autres personnes. Avec elle, il était en sécurité. Son fils avait tendance à encore la suivre comme un poussin, lorsqu’elle l’emmenait quelque part, il était plutôt timide.

En sortant de chez eux, sac sur le dos, elle lui prit la main avant de s’engager à grands pas dans les couloirs de l’académie. Bien qu’il soit encore très tôt, la majorité des personnes vivant ici étaient déjà à pied d’œuvre. Elle en salua plusieurs au passage, sans ralentir, descendant les niveaux pour arriver au hangar et au vaisseau devant les emmener sur Lysatra. Ils étaient quelques-uns à partir, seule elle et son fils allaient stopper sur Lysatra, néanmoins, les autres poursuivaient pour une mission diplomatique à Coruscant, soit un voyage bien plus long que cette première partie du trajet. Son petit garçon était encore un peu endormi et trébucha légèrement, sur la passerelle en grimpant dans la navette, serrant sa main pour se redresser. Allez… Liwane commença par le conduire dans la cabine qu’ils allaient occuper et le recoucha sur un des lits. Il se ré-endormit presque aussitôt, alors même qu’elle l’embrassait sur le front.

"Je reviens toute à l’heure," chuchota-t-elle.

Le vaisseau décolla moins d’une heure après, s’élevant d’abord doucement vers le ciel, sortir de l’atmosphère, puis enfin passer en hyperespace. Liwane passa les deux premières heures du voyage s à travailler sur un projet personnel, puis passa du temps avec son fils, le reste de la journée, pour poursuivre l’entraînement qu’elle lui faisait suivre depuis peu. Au moins, son fils ne subira pas la même chose qu’elle, il ne craindra pas ses pouvoirs et n’aura pas non plus peur des visions qu’il pourra avoir. Elle essayait vraiment de ne pas trop le couver non plus, le laisser faire ses propres expériences et apprentissage, ne pas le surprotéger, pour le laisser grandir. C’était assez difficile… Son fils unique, qu’elle élevait toute seule, elle en devenait son seul repère familial, étant donné que ses propres parents ne voulaient plus la voir, ni elle ni leur petit-fils. Ils n’avaient même jamais vu la moindre photo de lui.

Le voyage de quelques jours se déroula sans encombre, pour une fois. Leur vaisseau s’arrêta en orbite de Lysatra, une navette vint les déposer sur la planète, à la ville portuaire de Miskat, avant de repartir aussi sec. Sac sur le dos, son fils près d’elle, la jeune femme commença par chercher un moyen de transport assez rapide, pour rejoindre le Temple, se rendant à une adresse qu’on lui avait conseillé. Cette planète était de celle ayant un peu plus d’échanges commerciaux avec l’Ascendance et leur présence ici ne choqua personne. Même si leur regard d’un rouge sang profond sans pupille restait dérangeant, pour la majorité des humains, comme la peau bleue n’aidait pas à passer inaperçu. La dernière étape du trajet, vers le Temple, fut très rapide. Elle était attendue et un des chevaliers vont les récupérer dès l’entrée.

Il devait être très rare que des étrangers viennent à la rencontre des membres de l’ordre Jedi et encore plus rare que lesdites rencontres se déroulent au Temple. La localisation, en tout cas pour celui-ci, n’était pas tenue secrète, pas plus que celle des Siths, mais ces lieux étaient évités comme la peste. Quoi qu’avec les Jedis, on savait ne pas être accueillis agressivement. On les fit entrer dans une bibliothèque aux dimensions impressionnantes, où les documents holographies et ordinateurs puissants côtoyaient les rares documents papiers, tableaux et autres œuvres. Le Jedi qu’elle était venue rencontrer était un peu plus loin, accompagné d’une fille blonde qui devait être son apprentie.

"Maître Horn," le salua-t-elle en Basic. "Mademoiselle."

"Bonjour !" s’écria son fils d’un ton beaucoup moins formel, un large sourire aux lèvres.

Il ne savait dire que quelques mots en Basic et son accent, tout comme celui de sa mère, était prononcé, typique des Régions Inconnues. Si cette rencontre avait lieu aujourd’hui, c’était avant tout pour un échange, en face en face, sur les manières des uns et des autres d’éduquer sur la Force et faire comprendre qu’il ne s’agissait ni d’une maladie, ni d’un lourd problème.

"Merci de prendre le temps de me recevoir. J’imagine que vous avez tous les deux pas mal de choses à faire, ces derniers temps."

_________________
Echanges de principes 8srz
Adam Horn
Maître Jedi
Espèce : Humain
Âge rp : 45 ans
Faction :
  • Ordre Jedi

Messages : 12
Voir le profil de l'utilisateur

Echanges de principes Empty Re: Echanges de principes

le Sam 20 Avr - 10:58
Tous les matins étaient un rituel immuable, et ce peu importe les circonstances, qu’il soit malade ou blessé, qu’il soit en forme ou non, qu’il soit au Temple ou pas. Dès le réveil, quelques instants avant l’aube, Adam menait une série d’exercices physiques, principalement d’assouplissements et étirements, qui duraient cinq grosses minutes. Suite à cela, il en passait vingt à méditer, en tailleur dans une salle dédiée à cela, face au soleil qui se levait et envahissait la salle de ses rayons. Très souvent, il emmenait son apprentie avec lui, ce genre d’exercices, ainsi que la méditation, étaient des rituels familiers pour tous les membres de l’Ordre Jedi, peu importe leur âge ou leur condition. Ce matin-là, Adam méditait plus particulièrement sur divers soucis, suivant ce que son instinct et la Force lui disaient de faire. Ce temps de retraite s’achevait lorsque l’agitation habituelle de la journée, au Temple, débutait, lorsque le cours de la vie reprenait tous ses droits, somme toute. Le maître Jedi rouvrit les yeux, agenouillé face à une des grandes baies vitrées, face au soleil puissant de cette planète. C’était un endroit paisible. Et qui le serait encore plus si la galaxie acceptait que la Force n’était pas l’unique responsable de tous les maux.

Qu’en sera-t-il de l’avenir, combien de temps la galaxie tiendra-t-elle sans que de nouveaux conflits à grande échelle n’éclatent ou sans qu’un événement extérieur à tous ne perturbe cette nouvelle harmonie? Depuis la nuit des temps, périodes de paix et de guerres se succédaient, c’était ainsi, c’était gravé dans la nature profonde de tous les êtres vivants ou presque, il était difficile de garantir une paix éternelle, voire impossible. Tout ce qu’ils pouvaient faire était de se préparer. Comme aujourd’hui, où un représentant des sensitifs de l’Ascendance, l’Ordre de Copero comme les Jedis l’appelaient parfois entre eux, devait venir les retrouver ici. Un échange de méthodes mais aussi de principes, de points de vue, d’éducation et, pourquoi pas, les bases d’un échange plus suivi par la suite. L’Ordre Jedi n’avait pas de mauvaises relations avec l’Ascendance, en tout cas avec une petite partie de l’Ascendance, mais cette dernière restait encore et toujours très isolationniste. Certes pas autant qu’il y a un siècle mais ce n’était pas encore ça. Se levant, il dit à son apprentie de le suivre, ils allaient manger avant d’entamer le travail de la journée.

– Celle que nous allons rencontrer aujourd’hui se nomme Cril’iwan’emes. Liwane, de son surnom, tu peux la nommer ainsi.

Les Humains, et toutes les races d’ailleurs, étaient incapables de prononcer les noms complets des Chiss sans les écorcher, à cause d’une simple petite particularité physique qui s’était développé chez les êtres bleus et pas chez d’autres races, rendant en partie leur langue si compliquée. Comme son apprentie ne devait pas connaître grand-chose de l’Ascendance mis à part le peu qu’on entendait de temps en temps, il lui expliqua, dans les grandes lignes, que c’était une race humanoïde vivant dans les Régions Inconnues, qui parlait le Cheuhn, leur langue maternelle, et certains parlaient aussi le Basic, la langue la plus répandue dans la galaxie. Il lui dit aussi que l’usage de la Force n’était pas très bien vu chez eux non plus, même si ça s’était un chouïa amélioré depuis une dizaine d’années. Pour le reste, elle devait savoir. Peau bleue et cheveux noirs, les yeux d’un rouge sang très dérangeant pour les autres races, sans pupille. Ne se mêlent pas aux autres, ne s’occupent pas des guerres des autres, à moins que quelqu’un n’ait l’idée de venir les provoquer. Somme toute, eux aussi vivaient dans leur coin et s’en portaient très bien ainsi.

Après un rapide repas, il conduisit son apprentie à la Bibliothèque afin de poursuivre un travail entamé la veille, le temps qu’il leur restait avant l’arrivée de leur invitée. Adam avait été chargé par le Conseil de la recevoir, et si possible, suivre ensuite les échanges avec l’Ascendance. Lui-même doutait fortement qu’ils veuillent d’échanges suivis sur le long terme, mais soit, pourquoi pas ? Tout était possible. Ils purent travailler une bonne heure avant l’arrivée de la Chiss, guidée par un de leurs confrères. Elle était accompagnée d’un tout jeune garçon, tiens, peut-être son apprenti. Bien jeune… Sept ou huit ans. Les novices de cet âge partaient si tôt en mission ? Les membres de ce peuple étant matures plus tôt que les Humains, après tout, pourquoi pas. Il se leva pour la saluer dans les formes, à la manière des gens de son Ordre.

– Maître Horn. Mademoiselle.

– Bonjour !

Le petit garçon, même sur un simple mot, avait un accent à coup au couteau, mais son enthousiasme soulignait son jeune âge. Il secoua légèrement la tête à la suite, le regard plissé. Non, ce n’était pas si grave ou important, cette entrevue l’était tout autant, sinon plus. Prévue depuis longtemps, par ailleurs. Il laissa Kara se présenter, elle aussi, dans les formes, puis invita la représentante de l’Ascendance, ou plutôt la représentante de son ordre, à venir s’installer avec eux à la table de travail. Le petit garçon ne comprenait visiblement pas un mot de ce qu’ils pouvaient dire, son vocabulaire en basic devait se limiter à bonjour et merci.

– Kara est mon apprentie depuis quelques années. Nous sommes tous les deux en charge de mener cette affaire avec vous, pour l’heure.

Il lança un bref regard en biais à la jeune femme pour qu’elle enchaîne et montre son engagement, à son tour, et surtout, qu’elle était prête à mettre du cœur dans cette mission. Elle n’était plus une enfant, maintenant, il était temps de s’affirmer et se comporter en adulte.

_________________
Echanges de principes Pgy1
Kara Drayen
Padawan
Espèce : Humaine
Âge rp : 16 ans
Faction :
  • Ordre Jedi

Messages : 24
Voir le profil de l'utilisateur

Echanges de principes Empty Re: Echanges de principes

le Sam 4 Mai - 0:15
Une autre journée allait commencer, Kara se levant aux mêmes heures que son maître pour l’accompagner dans tous ses rituels. Si, au début, ces rituels étaient un vrai supplice, à présent, elle essayait de le faire comme lui. Après tout, la méditation et la détente n’étaient pas nécessairement bien suivies… Si la jeune femme n’y arrivait pas, son maître n’allait pas s’épuiser à le lui reprocher tant qu’elle ne le dérangeait pas. Ce qu’elle préférait, de loin, étaient les cinq minutes d’exercices car elles lui permettaient de se dépenser un peu avant de commencer la journée et cela achevait de bien la réveiller. Le plus long, en soi, était la méditation. Vingt minutes entières, à penser, réfléchir… C’était long. Très long. Et Kara ignorait comment son maître faisait, mais dès qu’elle s’agitait un peu, même mentalement, il intervenait. Souvent, elle se demandait s’il n’avait pas fait des calculs pour savoir combien de temps tiendrait son apprentie, à quel moment elle commençait à s’agiter, et donc à quel moment il devait la rappeler à l’ordre.

Cependant, aujourd’hui, il semblait plus préoccupé que d’habitude. Ils devaient rencontrer quelqu’un, un représentant des sensitifs de l’Ascendance pour échanger sur divers sujets comme des méthodes, des principes, des coutumes… des deux groupes. Elle ne connaissait que certaines choses sur l’Ascendance, n’ayant rien appris de particulier sur elle comme il s’agit d’un « groupe » plus isolé. Mais ils n’étaient pas en froid avec, de mémoire. Ou si ? Kara savait que la guerre et les tensions travaillaient son maître, elle-même y pensait beaucoup et ne pouvait plus les ignorer étant donné qu’elle le suivait partout, que le sujet était au centre des préoccupations des Jedi. C’était normal, en un sens… Ils se formaient pour défendre ceux qui en avaient besoin et se défendre eux-mêmes également. Mais ne penser qu’à ce sujet, et à rien d’autre ? La jeune femme ignorait comment il faisait. Il était beaucoup trop sérieux, il fallait qu’il se déride un peu, sinon il allait mourir très jeune. Kara n’en fit pas la remarque à son maître, n’y pensa même pas pour une simple question de respect, on ne disait pas ce qu’il fallait faire à celui qui vous forme, et se leva lorsqu’il lui dit de le suivre.

Maître Horn – Celle que nous allons rencontrer aujourd’hui se nomme Cril’iwan’emes. Liwane, de son surnom, tu peux la nommer ainsi.

Kara acquiesça, gravant immédiatement ce nom dans un coin de sa mémoire pour ne pas buter dessus lorsqu’ils la rencontreront. Elle écouta ensuite très attentivement ce que son maître lui expliqua sur les Chiss : leur endroit de vie, leur langue, leur vision de la Force… L’apprentie Jedi ne savait pas tout cela, ne connaissant que ce que tout le monde racontait : la couleur de leur peau, de leurs yeux, de leurs cheveux et la tendance qu’ils ont à s’isoler. De ce côté, elle ne pouvait pas le leur reprocher, eux-mêmes vivaient dans leur coin à cause des tensions actuelles. C’était aussi une manière de survivre, de se protéger des étrangers ou autres ennemis possibles. Comment leur en vouloir ? Se montrer ouvert et aimable, qui plus est, nous catégorise directement comme proies plus faciles, inintelligentes. Alors qu’un peuple renfermé et isolé n’attire personne. C’était une bonne stratégie, une bonne défense, même si elle n’était pas volontaire. Enfin, selon elle et ses maigres connaissances actuelles.

Ils mangèrent rapidement, se dirigeant ensuite vers la Bibliothèque pour continuer à travailler. Journée studieuse… Kara devinait que la Chiss était très importante, sinon pourquoi y consacraient-ils autant de temps ? Les discussions diplomatiques n’étaient pas son fort, la jeune femme ne connaissait pas la délicatesse à ce point-là, ni les peuples, ce qui faisait qu’elle s’imaginait difficilement leur parler sans froisser les personnalités. Elle avait observé son maître, bien sûr, mais de là à se lancer et à oser prendre la parole… Qui sait quel impair elle commettra en prononçant telle ou telle parole malencontreuse ? Mais Kara écouta jusqu’au bout, se renseignant, étudiant tout ce qu’il fallait et tout ce que maître Horn lui enseignait. Pour une fois, il ne pourra pas lui reprocher son assiduité à l’étude, elle qui est plus une fille d’action. Une heure qui sembla durer une éternité… Mais qui fut interrompue par l’arrivée de leur interlocutrice, guidée par un des leurs et accompagnée d’un enfant, assez jeune. S’étant préparée, Kara ne réagit pas face à leur apparence, se contentant d’être respectueuse et silencieuse.

Liwane – Maître Horn. Mademoiselle.

Petit – Bonjour !

Le petit avait un accent tellement prononcé que Kara faillit ne même pas reconnaître le mot, le contexte l’aidant considérablement pour le coup. Désolée ! Il était tellement enthousiaste qu’elle se retint même de rire, compatissant auprès de son maître qui avait déjà vécu cela plein de fois par le passé – notamment avec elle. Il était très, très jeune, mais quel lien avait-il avec cette femme… Était-il son apprenti ? Ils en avaient, eux aussi ? Ou alors, son fils ? C’était possible, même s’il semblait fort jeune pour accompagner sa mère sur le terrain. Ce n’était pas dangereux, mais venir dans un endroit seuls… Cela pouvait représenter un danger, non ? Ou alors, Kara n’identifiait pas correctement ce qui pouvait être une menace ou non.  Maître Horn la laissa se présenter correctement puis invita Liwane à s’asseoir à la petite table de travail avec le petit garçon au regard un peu perdu. Il ne devait pas comprendre grand-chose…

Maître Horn – Kara est mon apprentie depuis quelques années. Nous sommes tous les deux en charge de mener cette affaire avec vous, pour l’heure.

Maître Horn lui lança un bref regard en biais, lui faisant comprendre que c’était à elle d’enchaîner, de faire ses preuves concernant cette mission. Qu… Il était sérieux ? Vraiment ? Mais la diplomatie, elle ! C’était le point qu’elle détestait le plus, maîtrisait le moins et ne supportait pas. La diplomatie ! Cependant, impossible de montrer ses pensées maintenant. Serrant les dents durant quelques secondes, elle se contint. La jeune femme acquiesça d’un signe de tête avant de regarder leur interlocutrice et le petit. Elle tâcha de se remémorer des paroles de son maître, retenant que la diplomatie était primordiale dans ce genre d’échange avec les peuples plus isolés et distants – alors que ce n’était absolument pas son fort. Pour commencer, elle leur demanda si le trajet s’était bien déroulé, s’il n’y avait eu aucune anicroche. Une fois installés correctement autour de la table de travail, avec ce qu’il fallait pour se désaltérer, Kara se plaça à côté de son maître, toujours face à leurs interlocuteurs, cherchant ses mots sans montrer la moindre trace de doute.

Kara – Nous serons plus tranquilles ici et, si vous ressentez un quelconque besoin, nous tenterons d’y répondre assez rapidement, dit-elle, très neutre et polie. Alors… Nous sommes ici pour échanger et apprendre à mieux connaître nos deux peuples, entre autres, et je pensais que nous pouvions commencer par ce point-ci avant toute autre choses afin de faciliter la discussion par la suite. Nous ne partons pas avec les mêmes références, n’avons probablement pas le même point de vue ou regard sur nos rythmes de vie, la hiérarchie… En passant dans les couloirs, vous avez d’ores et déjà pu voir quelques aménagements, constater le rythme de la vie ici qui diffère peut-être du vôtre.

Kara s’interrompit quelques secondes, ne voulant pas donner l’impression à Liwane d’être assommée d’informations, de phrases ou autres formules de politesse abusives. Par ailleurs, elle n’avait pas la moindre idée de l’impact de ses paroles, ignorant si elle n’avait pas déjà enfreint une quelconque règle. La diplomatie… Elle maudissait toujours autant son maître, ne comprenant pas pourquoi il l’avait ainsi mise au pied du mur. Lui demander de reprendre la suite ! Sérieusement ? Elle ne savait pas ce qu’elle devait dire ou demander, naviguait à l’aveugle et détestait cela. Elle allait parler, un peu, mais la suite, il pouvait bien continuer. N’étant qu’apprentie Jedi, Kara n’était pas prétentieuse et ne se prétendait pas être une personne d’expérience, très loin de là, considérant qu’elle apprenait tous les jours et à toute heure. C’était la pensée qu’elle essayait de garder en tête en cet instant précis pour continuer à parler sans faire trop d’erreurs. Du moins, elle l’espérait…

Kara – Nous pouvons vous donner des réponses, dans la mesure du possible naturellement afin de nous protéger, comme pour vous, mais il s’agit de construire une relation basée sur un minimum de confiance. Essayons d’éviter les malentendus qui peuvent heurter et déstabiliser, nous allons tâcher de tout éclaircir d’emblée pour ne laisser aucun flou dans nos paroles. C’est pourquoi, comme il s’agit de la base d’un peuple, je me permets de vous demander comment est l’éducation, chez vous, s’il y a une différence entre les statuts de chacun, en fonction de la formation choisie… Comment le voyez-vous ? Un point vous a-t-il choqué, ici ? Nous n’avons peut-être pas le même mode de pensée et les mêmes priorités.

_________________
Echanges de principes 9wlg
Cril'iwan'emes
Diplomate
Espèce : Chiss
Âge rp : 42 ans
Faction :
  • Ascendance Chiss

Messages : 12
Voir le profil de l'utilisateur

Echanges de principes Empty Re: Echanges de principes

le Jeu 16 Mai - 15:49
"Kara est mon apprentie depuis quelques années. Nous sommes tous les deux en charge de mener cette affaire avec vous, pour l’heure."

Très bien. Elle ne fit pas spécialement plus de commentaires sur le moment, pas plus que Lucae qui, de toute façon, ne devait déjà plus comprendre un traître mot de ce qui se disait autour de lui. Elle ressentait plutôt la curiosité grandissante qui l’habitait et son envie d’aller fureter un peu partout. En temps normal, elle l’aurait laissé aller jouer à sa guise, mais sans connaître les lieux, ni ceux y habitant, ce n’était pas préférable, ils n’étaient plus dans l’Ascendance et elle savait ô combien les autres peuples pouvaient en arriver facilement à agresser d’autres personnes sans raison. L’Histoire était si équivoque, une fois qu’on prenait la peine d’étudier ce qui s’était déroulé dans la galaxie. De ce point de vue, leur propre semi-ouverture aux autres mondes était très récente, surtout en tenant compte de leur espérance de vie.

La jeune femme avait enchaîné, presque aussitôt, demandant si le voyage s’était bien passé, alors qu’ils s’installaient à une table de travail. Plutôt calme, oui, merci. On ne pouvait jamais réellement savoir à quoi s’attendre, en voyageant dans ces contrées, cela dit, avec un vaisseau assez armé et en prenant garde, il était largement possible de se débrouiller. Il y avait certes moins de tensions avec certains peuples mais cela n’empêchait pas les autres dangers. Songeant à ça, elle se promit mentalement de prendre le temps de revérifier ce qu’il en était pour les secteurs frontaliers où ils avaient pensé emmener les jeunes s’entraîner. Officiellement, ces zones avaient été débarrassées et pacifiées, ceci étant, Liwane ne se contentait jamais des informations officielles, elle en attendait bien plus des officieuses.

"Nous serons plus tranquilles ici et, si vous ressentez un quelconque besoin, nous tenterons d’y répondre assez rapidement, dit-elle, très neutre et polie. Alors… Nous sommes ici pour échanger et apprendre à mieux connaître nos deux peuples, entre autres, et je pensais que nous pouvions commencer par ce point-ci avant toute autre choses afin de faciliter la discussion par la suite. Nous ne partons pas avec les mêmes références, n’avons probablement pas le même point de vue ou regard sur nos rythmes de vie, la hiérarchie… En passant dans les couloirs, vous avez d’ores et déjà pu voir quelques aménagements, constater le rythme de la vie ici qui diffère peut-être du vôtre."

Voilà un bon moment qu’elle n’avait plus eu l’occasion de travailler, ou même de simplement parler, à des Humains, et en avait donc oublié à quel point certains étaient bien bavards. Liwane ignorait, cependant, si cette caractéristique venait de l’éducation personnelle, de leur société ou bien d’un code de conduite à tenir dans le cadre de leur diplomatie envers les autres espèces. Enfin, soit, c’était ainsi, et une part de la diplomatie consistait justement à ne pas soulever ce genre de chose. Liwane glissa la main dans la poche intérieure de sa veste, pour en sortir un petit comlink et un autre petit appareil, tous deux tenant sans difficultés dans la paume de sa main. Pour le moment, le plus pressant allait être de…

"Nous pouvons vous donner des réponses, dans la mesure du possible naturellement afin de nous protéger, comme pour vous, mais il s’agit de construire une relation basée sur un minimum de confiance. Essayons d’éviter les malentendus qui peuvent heurter et déstabiliser, nous allons tâcher de tout éclaircir d’emblée pour ne laisser aucun flou dans nos paroles. C’est pourquoi, comme il s’agit de la base d’un peuple, je me permets de vous demander comment est l’éducation, chez vous, s’il y a une différence entre les statuts de chacun, en fonction de la formation choisie… Comment le voyez-vous ? Un point vous a-t-il choqué, ici ? Nous n’avons peut-être pas le même mode de pensée et les mêmes priorités."

… de mettre au clair leurs derniers échanges et le passif de chacun. Liwane ne s’était pas attendue à ce que la jeune humaine en rajoute encore plus, le tout d’un ton rapide mais avec le sentiment, sous-entendu, qu’elle n’était pas du tout sûre d’elle. Cette fois, effectivement, ça devait venir d’elle, pas d’une éducation plus globale. Elle filait un peu vite dans un sujet, bien avant de songer aux premières bases et plus encore à ce qui était nécessaire de parler avant de rentrer dans le vif du sujet. Elle ne répondit pas immédiatement, prenant d’abord le temps de confirmer, dans leur langue natale, à son fils qu’il pouvait aller regarder de plus près ce qu’il trouvait dans la Bibliothèque, à condition qu’il reste bien dedans. Il hocha vivement la tête et fila aussitôt, alors que sa mère reportait le regard sur les deux Humains.

Elle commença par les remercier de leur accueil, puis leur transmit également les salutations du responsable de leur petite communauté, sur Copero. A défaut d’avoir celles du Conseil de l’Ascendance, ce qu’elle n’ajouta évidemment pas. Elle passa plutôt sur le second point, à savoir confirmer la volonté de cette communauté d’établir des relations plus approfondies et à plus long terme, que ça ne pouvait l’être aujourd’hui. Il avait fallu bien du temps et des discussions, en amont, avant que cette simple phrase ne puiss être prononcée… Une fois de plus, il était montré que son peuple natal s’ouvrait très difficilement aux autres et les problèmes de ce dernier siècle n’avait pas arrangé les choses.

"Pour la suite, résumer tout un mode de vie serait très long, aussi vais-je tout d’abord focaliser les choses sur la communauté de sensitifs de Copero. Les miens ont encore beaucoup de mal à accepter la Force, son usage est toléré tant que ceux qui le font se restreignent à notre planète et plus encore qu’ils n’en font pas usage devant ou contre d’autres Chiss, sur les autres mondes de l’Ascendance."

En ce qui concernait l’éducation des sensitifs, ce devait différent d’ici. Liwane leur expliqua que certains étaient entraînés discrètement par leur propre famille, quand cela était possible, sinon, les personnes rejoignaient leur « ordre » sur Copero, jeune ou plus âgé, selon les situations personnelles. Leur seul but était d’éviter tout accident et de ne pas exclure les sensitifs. La Force était encore considérée comme une maladie par une large partie de la société.

"Nous n’avons pas pour but de devenir un Ordre indépendant et à part, comme le vôtre peut être détaché de toute organisation gouvernementale. Chacun de nous demeure sous la juridiction de l’Ascendance, sauf en cas d’exil, qu’il soit volontaire ou par condamnation. C’est bien pour cela que les termes d’une collaboration doivent être déterminés avec un grand soin. L'Ascendance ne compte prendre part à aucun conflit qui ne la concerne pas directement."

_________________
Echanges de principes 8srz
Adam Horn
Maître Jedi
Espèce : Humain
Âge rp : 45 ans
Faction :
  • Ordre Jedi

Messages : 12
Voir le profil de l'utilisateur

Echanges de principes Empty Re: Echanges de principes

le Sam 25 Mai - 11:30
L’apprentissage de la diplomatie n’était jamais un luxe, dans ce contexte, et à leur place, c’est bien pour cela qu’il tâchait de ne pas perdre une seule occasion d’y faire s’entraîner son apprentie. Même sans se plonger dans les paniers de serpents qu’étaient les manœuvres politiques, elle devait apprendre comment apaiser les tensions et, surtout, ne pas en rajouter pour ceux et celles jugeant que la Force n’était que synonyme de violence, de guerre, de rejet et de problèmes. C’était un travail long et délicat, tant cette peur était maintenant très bien ancré dans les esprits, mais pas insurmontable. De toute manière, à seize ans, il était plus que temps qu’elle saisisse toute la réalité de ces enjeux et les implications possibles sur la société, ou même simplement sur leur Ordre. Ainsi que sur l’Ordre Sith. L’équilibre était d’une fragilité extrême, au point même qu’Adam trouve très étonnant qu’il perdure, depuis quelques années. Un « petit » problème occupait surtout son esprit, à ce propos, depuis quelques semaines, un problème qui ne s’apaisait pas. Mais aussi un problème situé en plein cœur d’un territoire où ils n’étaient pas les bienvenus.

Cela se saurait si la vie était un long fleuve tranquille, cela dit. Enfin… Il revint à la situation présente en écoutant Kara pour sa première tentative, une tentative qui se révélait déjà meilleure que celle qu’elle lui avait sortie il y a trois mois, dans la même situation. Elle apprenait, peu à peu, bien que certains sujets soient très lents. Adam se demandait parfois si elle réalisait toujours l’importance de ce qu’elle devait apprendre… Mais il supposait que non. Lui-même Padawan, il y avait bien eu des choses qu’il ne comprenait et dont il s’était demandé pourquoi son maître s’était efforcé de les lui mettre dans le crâne. Ce n’est qu’en devenant adulte, et en prenant à son tour un élève, qu’il avait compris pas mal de points, la maturité, gagnée par l’expérience, vous éclaircissait le cerveau avec une efficacité redoutable. Et cela, c’était valable pour n’importe quelle personne, qu’elle soit sensible à la Force ou pas, qu’elle réalise un métier à risques ou non, seule l’expérience gagnée au fil des ans pouvait vous élever.

Leur invitée avait marqué une légère pause, après la longue tirade la jeune Padawan, sans doute étonnée qu’elle parle autant pour une simple entrée en matière. Lui-même dissimula un sourire amusé, fier malgré tout de son élève. Elle faisait des efforts, c’était bien tout ce qui lui importait. Un bref échange dans la langue natale des deux Chiss s’ensuivit et le petit garçon, tout sourire, glissa vite du banc pour aller plus loin dans la Bibliothèque. La diplomate les remercia ensuite pour l’accueil et transmit également les salutations de celui qui dirigeait leur petite communauté, sur Copero. Très bien, ils allaient pouvoir en arriver au vif du sujet, à présent. Pour sa part, et même sans les sous-entendus, Adam ne s’attendait pas réellement à des échanges aussi approfondis qu’il aurait été souhaitable de mettre en place, pour la simple et bonne raison que cette communauté n’était pas indépendante et qu’il n’était pas vraiment du style de l’Ascendance de beaucoup s’engager sur ce genre de sujets. Pour avoir côtoyé un des leurs, il y a plusieurs années, au cours d’une mission délicate, il savait déjà que ce sera très difficile.

– Pour la suite, résumer tout un mode de vie serait très long, aussi vais-je tout d’abord focaliser les choses sur la communauté de sensitifs de Copero. Les miens ont encore beaucoup de mal à accepter la Force, son usage est toléré tant que ceux qui le font se restreignent à notre planète et plus encore qu’ils n’en font pas usage devant ou contre d’autres Chiss, sur les autres mondes de l’Ascendance.

Mine de rien, pour eux, c’était déjà un très grand progrès. En ce qui concernait les entraînements donnés, on retrouvait ce système sur de nombreux mondes, aujourd’hui. Tout dépendait de l’endroit où vous naissiez et dans quelles familles. Les plus chanceux pourront bénéficier du soutien total de leurs parents et d’avoir au moins quelques bases si c’était possible. D’autres seront envoyés dans leurs propres rangs ou ceux des Chevaliers de Fel, suivant les cas. Certains devront le cacher absolument ou avoir de graves ennuis. Les Siths également récupéraient des apprentis, ici et là, et contrairement à ce que la plupart croyait, il y avait bien des mondes et des familles envoyant volontairement leurs enfants dans cet Ordre. Le Grand maître actuel de l’Ordre Sith avait su jouer la carte de l’aide et la stabilité, sur certains mondes, de ramener la force et la sécurité, et donc d’améliorer assez la réputation des siens pour ensuite récupérer des jeunes enfants sensibles à la Force. On pouvait dire ce qu’on voulait, mais Darth Galone était un homme intelligent, bien plus que cruel ou avide pouvoirs, et il maîtrisait à la perfection tous les rouages politiques.

– Nous n’avons pas pour but de devenir un Ordre indépendant et à part, comme le vôtre peut être détaché de toute organisation gouvernementale. Chacun de nous demeure sous la juridiction de l’Ascendance, sauf en cas d’exil, qu’il soit volontaire ou par condamnation. C’est bien pour cela que les termes d’une collaboration doivent être déterminés avec un grand soin. L'Ascendance ne compte prendre part à aucun conflit qui ne la concerne pas directement.

– Nous nous en doutons, c’est un point non-discutable depuis bien des siècles.

Voire des millénaires. En réalité, si on se fiait à l’Histoire, ce peuple n’avait participé à des combat aux côtés des autres factions que pour des combats très particuliers, combats qui se comptaient sur les doigts d’une seule main. Cela dit, historiquement une fois encore, l’ordre Jedi jouissait d’une meilleure réputation auprès de certaines Familles de l’Ascendance, rares mais soit, suite à quelques événements ayant lieu par le passé. Là où cette confiance s’était en partie brisée, cependant, remontait à une cinquantaine d’années, suite à la dégradation des relations avec le chef de la Famille Chaf. Une surprise, là où cette Famille avait pourtant possédé d’excellentes relations avec eux, voire une certaine amitié suivant les cas. L’Aristocra Chaf’oni’namy avait brutalement coupé les ponts, sans même une simple explication.

– Les mondes où nous intervenons, et les missions réalisées, ne nécessitent ni l’approbation ni que les grands gouvernements s’y retrouvent mêlés. Nous agissons principalement sur des mondes neutres ou appartenant à des gouvernements plus restreints, là où notre présence est requise. Ainsi que sur certains mondes où des problèmes particuliers, liés à la Force, peuvent se révéler.

Or, des soucis comme ceux-là avaient tendance à se multiplier, ces dernières années. Ils pouvaient ressentir des troubles de la Force, plus ou moins violent, en plus des problèmes causés par des personnes qui tâchaient d’étouffer leur sensibilité, à un point qui en devenait malsain. Dans ce dernier cas, ces personnes pouvaient se blesser et en blesser d’autres, sans le vouloir, c’était dangereux. D’autant plus qu’une personne dans cette situation pouvait très bien perdre complètement pied, sombrer dans la folie et être utilisée par des personnes peu scrupuleuses pour semer le chaos.

– La plupart des Jedis connaissent mal les Régions Inconnues, c’est pourquoi il faut ici, dans ces secteurs, des gardiens vigilants.

_________________
Echanges de principes Pgy1
Contenu sponsorisé

Echanges de principes Empty Re: Echanges de principes

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum